Olivier Laouchez nous emmène au coeur du Groupe Trace, dans une Masterclass magistrale

0

Olivier Laouchez, parrain de la 1ère promotion du Master Média Management & Music Business, était à l’African Music Institute le 18 avril dernier, pour une Masterclass énergisante et impactante, devant des étudiants conquis.

4CCBEF6C-48E5-4738-AEC6-45B0DF43174D

Tout en décontraction et sans langue de bois, pendant 1h30, Olivier Laouchez, co-fondateur et CEO du Groupe Trace, a raconté son parcours et livré quelques secrets de management et de gestion des médias à des étudiants captivés.

4FAEDA76-A75D-4D57-B349-8061441E0831

Ces étudiants aux parcours diversifiés en communication, gestion, droit, journalisme, finance rêvent aujourd’hui de faire carrière dans l’industrie musicale en Afrique. Certains, parmi eux, sont des artistes déjà confirmés au Gabon, comme le Maître de Cérémonie, Charly Tchatch, le chanteur guitariste Tiss Warren Jazz, le chanteur Saydric London et le fondateur de l’école de musique Ajax, Kevin Mintsa Mebaley entre autre… Mais ils savent tous que pour devenir un professionnel reconnu, le chemin est long.

Photo

Pour Olivier Laouchez, tout est parti de la Martinique, l’île dont il est originaire. Il y lance en 1993 la première chaîne privée, Antilles Télévision. Après quelques années, il rejoint Paris pour diriger le Label Secteur A, premier label de musiques urbaines en France dont sont issus des chanteurs comme Doc Gyneco, Passi, Stomy Bugsy, Arsenic. Installé à Sarcelles, au démarrage de la musique urbaine en France, le challenge de ce label était de taille, raconte Olivier Laouchez.

C’est à ce moment qu’il réalise la difficulté de faire passer des musiques noires sur les chaînes nationales françaises et européennes. Ce constat le décide à acquérir avec des partenaires financiers en 2002, le magazine américain Trace et la chaine de télévision MCM Africa. Voici comment est né le Groupe Trace, un média télévisé dédié aux musiques noires.

Il n’était pas dit que le chemin allait être facile. Il a fallu avancer avec les bons investisseurs et les bons professionnels qui n’étaient pas toujours ceux présents au début de l’aventure.

Aujourd’hui le groupe Trace regroupe 24 chaînes de télévision, radios, téléphone mobile et s’est récemment lancé dans un projet qui lui tient à cœur, une fondation sur l’éducation avec la mise en place du programme Trace Académy.

Quelques images sur la communication du Groupe Trace

Le groupe Trace est à l’équilibre financièrement, il réalise 40 millions d’euros de chiffre d’affaires et il n’est pas prêt de s’arrêter là.

Olivier Laouchez s’est prêté au jeu des questions réponses avec les étudiants. L’une d’elle a été l’inévitable «comment passer son clip sur Trace urban ou Trace Africa?». Ce à quoi il a répondu que les chaînes recevaient plus de 400 clips par semaine, elles opèrent alors une sélection tenant compte de la notoriété et de la qualité de la production pour la diffuser.

Inventer en tenant compte des spécificités de l’Afrique

Les étudiants n’ont pas hésité à faire part de leurs projets professionnels pour en discuter avec leur parrain qui leur a donné un avis de professionnel expérimenté.

Olivier Laouchez a insisté, « avoir une bonne idée c’est bien, mais cette idée doit trouver son marché pour exister. Le marché africain est difficile, il ne faut pas copier ce qui a été fait ailleurs, il faut inventer en tenant compte des propres spécificités de l’Afrique« .

Bonus

La Masterclass s’est conclue par un cocktail où les étudiants ont tenu à remercier leur parrain à leur manière.

Hommage des étudiants du Master à leur parrain, Olivier Laouchez.

Interview d’Olivier Laouchez

A la suite de cette Masterclass, Olivier Laouchez nous a accordé une interview à cœur ouvert :

Pour en savoir plus

 

 

Share.

Comments are closed.